Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les gaz d'échappement des moteurs diesel sont désormais classés parmi les cancérogènes certains pour les humains, a statué l'agence pour le cancer de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cette décision pourrait semer la consternation dans l'industrie automobile.

En 1988, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) avait classé les émission des moteurs diesel parmi les cancérogènes "probables" pour l'homme (groupe 2A), a-t-il rappelé mardi.

Les experts ont estimé qu'il y avait à présent assez de preuves démontrant qu'une exposition aux gaz d'échappement de moteurs diesel est associée à un risque accru de cancer du poumon, pour classer ces gaz dans le groupe des cancérogènes "certains" pour les humains (Groupe 1). Le CIRC a aussi estimé que ces gaz étaient associés "à un risque accru de cancer de la vessie".

Depuis 1971, plus de 900 agents ont été évalués parmi lesquels plus de 400 ont été classés comme cancérogènes ou potentiellement cancérogènes pour l'homme.

ATS