Toute l'actu en bref

Les glaciers du sud de l'Antarctique déversent de la glace dans l'océan de manière accrue, ce qui provoque une hausse du niveau des océans (archives).

KEYSTONE/AP British Antarctic Survey/Chris Gilbert

(sda-ats)

Le glissement des glaciers dans le sud de l'Antarctique et le déversement de glace dans l'océan s'est accru depuis les années 1990 sous l'effet du réchauffement climatique. Le phénomène est toutefois nettement moins important qu'estimé récemment, révèle une étude.

"Des changements spectaculaires ont été signalés dans cette partie de l'Antarctique. Nous avons donc examiné de plus près l'évolution des glaciers de cette région en analysant des mesures effectuées pendant 25 ans par cinq satellites, qui remontent ainsi au début des années 1990", précise Anna Hogg, scientifique de l'université de Leeds, au Royaume-Uni. Elle est la principale auteure de ces travaux parus mardi dans la revue américaine Geophysical Research Letters.

Ces chercheurs ont constaté qu'entre 1992 et 2016, l'écoulement de la plupart des glaciers de cette région, appelée Terre de Palmer, s'est accru de 20 à 30 centimètres par jour. Cela équivaut à une accélération moyenne de 13% pour l'ensemble de cette trentaine de glaciers pendant les 25 dernières années.

Hausse des océans

Combinant ces données satellitaires à un modèle mathématique du flot de la glace, les chercheurs ont pu déterminer que les glaciers de cette partie de l'Antarctique déversaient quinze kilomètres cubes de glace de plus dans l'océan chaque année que pendant la décennie 1990.

La précédente étude, beaucoup plus alarmante, publiée dans la revue Science en mai 2015, faisait état d'une perte au moins trois fois plus importante de 45 km3 de glace annuellement. Cette estimation se basait sur des mesures de l'épaisseur de la glace et des pertes de masse des glaciers à partir de données provenant d'autres satellites.

Selon cette estimation, la plaine de Palmer serait la deuxième région contribuant le plus dans l'Antarctique à la montée des océans. Les glaciers de cette partie de l'Antarctique contiennent une quantité de glace qui en fondant ferait grimper le niveau des océans de 20 centimètres, notent les scientifiques.

Pour Andrew Shepherd, professeur à l'école des sciences de la terre et de l'environnement de l'université de Leeds, les mesures de perte de masse glaciaire de l'étude de 2015 pourraient s'expliquer par le fait qu'il a moins neigé dans cette région de l'Antarctique ces dernières années.

ATS

 Toute l'actu en bref