Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Europe et la Grèce, mariage d'amour et de raison (archives)

KEYSTONE/EPA/ORESTIS PANAGIOTOU

(sda-ats)

Selon un sondage publié samedi, la majorité des Grecs se disent en faveur du maintien de leur pays dans l'Union européenne. Ils ne souhaitent par conséquent pas l'organisation d'un référendum comme en Grande-Bretagne.

A la question de savoir s'ils sont "pour ou contre l'organisation d'un référendum", 54% des sondés ont répondu contre, 38% pour et 8% n'ont pas répondu, selon cette enquête de l'Institut Alco effectuée sur un échantillon d'un millier de personnes entre les 27 et 30 juin dernier et publiée par le quotidien grec Parapolitika.

D'après ce sondage, 48,3% des sondés sont en faveur du maintien du pays dans l'UE, 39,4% pour son départ et 12,3% n'ont pas répondu.

Traditionnellement pro-européens, de nombreux Grecs ont perdu ces dernières années confiance dans l'UE après les mesures d'austérité draconiennes imposées par les créanciers du pays (UE et FMI).

Le sondage de l'Alco intervient un an après l'organisation, le 5 juillet 2015, par le parti Syriza d'un référendum sur les mesures d'austérité proposées à l'époque par les créanciers du pays.

Ce jour-là, 62% des Grecs avaient voté "non" aux mesures, comme l'avait recommandé le Premier ministre Alexis Tsipras qui soulignait toutefois que "le non ne signifiait pas une rupture avec l'Europe mais le retour à l'Europe des valeurs et de la démocratie".

Une semaine plus tard, le pays au bord de la faillite, Alexis Tsipras avait dû tout de même accepter la poursuite de l'austérité.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS