Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les élèves qui fréquentent les gymnases de la région bernoise n'ont pas envie de retarder le début des cours pour décongestionner les transports publics. Un sondage a montré que 80% d'entre eux souhaitent maintenir l'horaire actuel en commençant à 08h00.

Le scepticisme à l'égard d'un éventuel début des cours à 09h00 s'explique par la crainte de répercussions négatives sur la vie de famille et sur les activités extrascolaires, a indiqué le canton de Berne vendredi. Plus de 900 élèves provenant de trois gymnases bernois ont participé au sondage mené ce printemps.

Plus de 60% des jeunes sondés se montrent toutefois favorables à des aménagements plus légers, comme un report du début des cours deux jours par semaine. Le sondage a aussi montré que les gymnasiens étaient de grands adeptes des transports publics: ils sont sept sur dix à les emprunter pour rejoindre leur établissement scolaire.

Bus bondés

Des estimations montrent que si l'on reculait d'une heure le premier cours de trois gymnases de la région bernoise, il y aurait jusqu'à 1000 passagers en moins dans les transports à la période d'affluence du matin. Un changement des habitudes professionnelles et du mode de vie permettrait de trouver des solutions pour éviter des trains, bus et trams bondés.

Des adaptations de l'horaire scolaire auraient donc des effets sur l'affluence aux heures de pointe. La Direction des travaux publics, des transports et de l'énergie du canton de Berne entend examiner de légères adaptations de l'horaire et d'autres mesures en faveur de la mobilité douce.

ATS