Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'inégalité dans la répartition des tâches domestiques a encore de beaux jours devant elle: le nettoyage reste par exemple l'apanage des femmes qui y consacrent 2,6 heures par semaine de plus que les hommes (archives).

KEYSTONE/AYSE YAVAS

(sda-ats)

La répartition des tâches domestiques au sein du couple évolue: entre 2010 et 2016, le nombre d'heures que les hommes y ont consacrées est passé de 16,2 à 17,9 heures par semaine. Mini-révolution toutefois, car les travaux ménagers restent l'apanage des femmes.

Les femmes consacrent ainsi 28,1 heures par semaine au travail domestique et familial, selon l'enquête suisse sur la population active 2016, publiée mardi par l'Office fédéral de la statistique (OFS). Une charge qui n'a pas "notablement changée" entre 2010 et 2016.

En revanche, elles dédient une heure de plus par semaine à un travail rémunéré (16,6 heures). Les hommes pour leur part y investissent moins de temps. Celui-ci est passé de 28,1 à 27,3 heures en six ans.

Le linge sale aux femmes

Parmi les tâches domestiques, la préparation des repas reste ce qui requiert le plus de temps. Les femmes y dédient 7,1 heures par semaine et les hommes 3,8 heures.

Suit le nettoyage, avec 4,5 heures par semaine pour les personnes de sexe féminin et 1,9 heure pour les hommes. Les achats prennent en moyenne 2,5 heures par semaine aux femmes et 1,9 heure aux hommes.

La lessive et le repassage restent clairement du ressort des femmes: elles y consacrent 2,3 heures par semaine contre 0,6 heure pour les hommes. Les femmes dévouent 2,3 heures par semaine aux animaux, plantes et jardinage, les hommes 1,8 heure.

Enfin, sans surprise, ces derniers devancent leurs partenaires dans les travaux administratifs (1,5 heure par semaine) et les travaux manuels (1,5 heure également).

L'enquête suisse sur la population active (ESPA) est une étude réalisée auprès des personnes âgées de 15 et plus, effectuée chaque année depuis 1991. Le but est de fournir "des données sur la structure de la population active et sur les comportements en matière d'activité professionnelle".

ATS