Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'air était jugé "malsain" voire "très malsain" à proximité des brasiers les plus importants, les incendies "Mendocino Complex" et "Carr" (archives).

KEYSTONE/EPA/JOHN G. MABANGLO

(sda-ats)

Près d'un mois après le début de vastes incendies qui perdurent en Californie, l'air est tellement vicié dans une partie de cet Etat que les autorités conseillent aux personnes les plus sensibles de rester à l'intérieur.

Vendredi matin, les images satellite détectaient "une fumée étendue provenant des incendies dans l'ouest des Etats-Unis, qui se déplacent vers le nord-est à travers les Rocheuses vers l'ouest et le centre du Canada, puis vers le sud à travers les plaines du nord" des Etats-Unis, a indiqué le service météorologique américain (NWS).

La forêt nationale de Kaibab, en Arizona, signalait que "les incendies dans l'ouest créent un brouillard régional" dans la région. Mais c'est surtout dans le nord de la Californie et le sud de l'Etat voisin de l'Oregon que les relevés sur la qualité de l'air étaient les plus mauvais, avec un air "malsain" voire "très malsain" à proximité des deux brasiers les plus importants.

Dizaines de miliers d'hectares brûlés

Le premier, baptisé "Mendocino Complex", détient depuis le 6 août du record du plus destructeur en superficie. Il était circonscrit à 60%, selon un bilan à 16h00 (suisses) du service des pompiers de Californie Calfire. Constitué de deux foyers mitoyens au nord de San Francisco, il a réduit en cendres plus de 124'000 hectares depuis le 27 juillet et détruit près de 120 maisons.

Plus au nord, près de la ville de Redding, l'incendie "Carr" était maîtrisé à 51% vendredi matin et avait détruit plus de 73'400 hectares. Trois pompiers et cinq civils sont morts du fait de cet incendie, qui a démarré le 23 juillet. Il est à ce stade, pour la Californie, le dixième plus destructeur en superficie et le treizième plus meurtrier.

Au total, depuis le début mi-juillet de cette vague de gros incendies dans l'Etat le plus peuplé des Etats-Unis, au moins dix personnes sont mortes.

Un suspect arrêté

L'un des derniers à avoir commencé, lundi, est l'incendie "Holy", situé à une centaine de kilomètres au nord de San Diego et qui a rapidement pris de l'ampleur. Selon le dernier bilan disponible, il a quasiment doublé de taille entre jeudi soir et vendredi matin, passant de 4000 hectares à plus de 7300 hectares.

Un homme de 51 ans a été arrêté et devait être formellement inculpé vendredi devant un juge du comté d'Orange pour notamment incendie volontaire avec circonstances aggravantes, destruction de propriétés habitées, incendie de forêt. Il risque la prison à vie.

Brièvement présenté vendredi devant un tribunal de Santa Ana, il a vu son audience repoussée au 17 août, ses avocates demandant un report pour pouvoir étudier les preuves de l'accusation.

Shane Sherwood, chef des pompiers de ce comté, a expliqué que le feu avait commencé "près" de l'habitation du quinquagénaire dans le Holy Jim Canyon. Selon plusieurs témoignages, les autorités ont découvert des "preuves physiques" sur place ayant conduit à le considérer comme le suspect numéro un.

Avant son arrestation, il avait affirmé à des journalistes qu'il n'avait rien à voir avec ce sinistre: "Je n'ai aucune idée" de ce qui s'est passé, avait-il dit. "J'étais endormi. J'avais mis des bouchons d'oreilles".

Vendredi matin, Calfire répertoriait neuf incendies et les prévisions météo faisaient craindre de nouveaux foyers.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS