Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Alors que les indignés zurichois n'ont installé leurs tentes que mardi près de l'église St-Jacques, ils cherchent déjà un nouveau lieu où s'installer. L'emplacement devant l'église, à la place Stauffacher, est en effet jugé trop petit.

Les activistes "apprécient hautement" que la paroisse les autorise à camper devant son lieu de culte, ont-ils indiqué samedi dans un communiqué. Grâce à sa situation centrale, cet emplacement est idéal pour des actions d'information du public.

Mais il n'est pas approprié pour développer les infrastructures afin d'en faire un lieu où l'on peut habiter et travailler. De nombreux groupes de travail doivent donc souvent tenir leurs séances dans des appartements privés. Le mouvement a par conséquent décidé vendredi, "de manière consensuelle, qu'il se mettait à la recherche d'un nouvel endroit".

Retraits de l'Eglise

Les indignés remercient la paroisse réformée et regrettent en même temps que celle-ci ait enregistré plusieurs retraits de l'Eglise dus au mouvement d'occupation. Comme par exemple celui de Roger Liebi, le président de l'UDC de la ville de Zurich, qui l'a annoncé de manière démonstrative cette semaine.

Samedi, les indignés ont de nouveau occupé la Paradeplatz sans autorisation, comme c'était déjà le cas il y a une semaine. Les quelque 50 militants ont peint le tronçon de trottoir situé devant le siège du Credit Suisse, ont joué de la musique et scandé leurs revendications avec un mégaphone.

La police municipale a dû intervenir brièvement car quelques manifestants ont allumé un feu. Sinon, l'action s'est déroulée de manière pacifique.

ATS