Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les interprofessions des différentes filières agricoles doivent conserver la maîtrise de la promotion. La Chambre valaisanne d'agriculture (CVA) défend ce point de vue après avoir mandaté une étude sur le sujet.

L'expertise révèle que l'argent des redevances agricoles est utilisé à bon escient, a déclaré mardi lors d'une présentation le président de la CVA Willy Giroud. Elle conclut qu'il n'y a aucune nécessité de réorganiser les structures des interprofessions.

L'expert, Alain Farine, directeur de l'Association suisse des AOP-IGP, voit de nombreux désavantages à confier les activités promotionnelles à un organisme tiers. Il n'y aurait pas d'économie sur les coûts des interprofessions.

Confier la promotion à un tiers présente le risque que les options prises ne soient pas adéquates. L'organisme promotionnel tiers ne connaît pas aussi bien les spécificités de la filière que les personnes qui y travaillent déjà. Il devra d'abord investir du temps pour connaître la branche concernée et restera accaparé par d'autres mandats, estime l'expert.

Pas de raison de changer

Les interprofessions connaissent le marché, elles sont à même de faire les meilleurs choix possibles, précise l'expert. Même si des améliorations sont toujours possibles, elles sont mineures et le système actuel fonctionne conformément à la législation. La CVA ne voit dès lors aucun motif de réorganisation.

La CVA craint que l'Etat ne veuille confier la totalité de la promotion à l'organisme faîtier Valais-Wallis Promotion (VWP). Mais une filière doit pouvoir décider où elle fixe le curseur de sa promotion.

Les trois interprofessions (fruits et légumes, vigne et vin, fromages) veulent aussi pouvoir maîtriser la promotion de leurs produits. Elles planchent d'ailleurs sur une augmentation des redevances perçues dans leur filière.

La CVA demande au canton d'accepter une augmentation de ces redevances lorsque la demande lui sera faite par un secteur. Elle souhaite aussi que l'Etat lui confie la compétence de fixer le taux annuel des redevances et de modifier la loi dans ce sens.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS