Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des pèlerins en prière à La Mecque, lors du rassemblement de 2015 (archives).

KEYSTONE/AP/MOSA'AB ELSHAMY

(sda-ats)

Les autorités religieuses iraniennes ont annoncé dimanche que les Iraniens ne seraient pas autorisés à se rendre en pèlerinage à La Mecque. Elles ont accusé l'Arabie saoudite de "sabotage" et de ne pas être capable de garantir la sécurité des pèlerins.

Les relations entre les deux pays se sont encore détériorées après la mort de centaines d'Iraniens l'an dernier à La Mecque, puis avec la rupture des relations diplomatiques qui a suivi l'envahissement de l'ambassade saoudienne à Téhéran après l'exécution en Arabie saoudite d'un dignitaire chiite.

L'antagonisme entre les deux pays se vérifie en outre au Yémen, où l'Iran soutient la rébellion houthie tandis qu'une coalition de pays arabes sunnites appuie les forces gouvernementales.

"En raison des sabotages constants du gouvernement saoudien, nous annonçons qu'il a été interdit aux pèlerins iraniens de participer au hadj cette année et la responsabilité en incombe au gouvernement d'Arabie saoudite", ont dit les autorités religieuses dans un communiqué transmis aux médias iraniens.

Huit mois après le dernier pèlerinage, l'Arabie saoudite n'a toujours pas communiqué de rapport officiel sur la catastrophe lors de laquelle plus de 700 pèlerins ont péri.

Conditions inacceptables

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a quant à lui affirmé dimanche que l'Iran avait posé des conditions "inacceptables" pour la participation de ses ressortissants au grand pèlerinage annuel des musulmans à La Mecque en septembre.

"L'Iran a réclamé le droit d'organiser des manifestations, ainsi que des avantages (...) qui créeront le chaos au hajj (pèlerinage), ce qui est inacceptable", a déclaré Adel al-Jubeir lors d'une conférence de presse commune avec son homologue britannique Philip Hammond à Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite.

Le ministre saoudien faisait allusion aux manifestations dites de "l'aversion des athées", émaillées de slogans hostiles aux Etats-Unis et à Israël, que les fidèles chiites iraniens tentent chaque année d'organiser lors du pèlerinage en Arabie saoudite sunnite.

ATS