Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Unia dénonce le manque d'effectifs dans les soins en lançant une campagne nationale. "Les homes réduisent toujours plus leurs effectifs. Le personnel soignant doit ainsi s’occuper de toujours plus de pensionnaires", alerte une infirmière du canton de Berne.

Le manque de personnel reste le défi principal du secteur de la santé, selon les quelque 60 délégués. Ils participaient lundi à la 2e conférence nationale sur ce thème organisée par le syndicat à Berne.

Selon l'enquête de l'Observatoire suisse de la santé (Obsan), près de 80'000 professionnels de la santé vont manquer à horizon 2030, a rappelé à l'ats Lucas Dubuis, porte-parole d'Unia. Et parmi eux, 90% dans les homes pour personnes âgées comme pour les soins et l'aide à domicile (Spitex).

Toujours d'ici 2030, quelque 190'000 professionnels de la santé sont à former. Et les deux tiers remplaceront des personnes qui partiront à la retraite.

Les jeunes ne veulent pas rester

Il a aussi été question de l’enquête réalisée au semestre écoulé auprès des apprentis dans le secteur des soins et de l’accompagnement. "Notre enquête auprès de plus de 1000 jeunes a révélé que presque la moitié ne s’imagine pas travailler encore dans la branche dans dix ans."

"Les raisons tiennent à la surcharge de travail et au manque de personnel", a rappelé Adrian Durtschi, responsable du projet d’Unia sur les soins de longue durée. Les jeunes militants du secteur des soins discuteront des mesures envisageables à leur sommet organisé par Unia à la fin de janvier 2016.

Manifeste pour des soins de qualité

En mai 2015, Unia avait lancé un manifeste pour des soins et un accompagnement de qualité. Les nombreuses réactions reçues ont été intégrées à ce manifeste. La conférence de branche en a ainsi adopté lundi la version définitive.

Bilan: seule la mise en place sur tout le territoire de conventions collectives de travail (CCT) prévoyant des salaires minimum obligatoires, des suppléments corrects et des règles sur le travail en équipe permettront d’améliorer les conditions de travail dans les soins et l’accompagnement. Des modifications doivent aussi être apportées au système de financement.

Selon le syndicat, les acteurs politiques et les caisses-maladie devraient injecter plus d’argent dans ce secteur. Pour réaliser cet objectif, la création de meilleures structures syndicales dans les entreprises s’impose.

La conférence de branche est la plus haute instance des plus de 6000 salariés du secteur social et de la santé organisés au sein d’Unia. Elle se tient deux fois par an.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS