Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les jeunes prennent les manettes du Parlement fédéral à Berne

La session des Jeunes est l'occasion de vivre la politique au plus près de la réalité, à l'image de l'édition 2017 avec Doris Leuthard (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

De jeudi à dimanche, 200 jeunes de 14 à 21 ans investissent les travées du Parlement à Berne pour débattre de lutte contre le terrorisme, d'Europe, d'environnement et de droits des minorités. Ignazio Cassis leur adressera ses encouragements.

La session fédérale des Jeunes, organisée annuellement depuis 1993, est une expérience unique non seulement pour apprendre mais surtout pour agir. Les politiciens en herbe peuvent en effet pratiquer le débat d'idées dans des conditions au plus près de la réalité mais ils sont aussi amenés à adopter des exigences à l'attention du Parlement.

Répartis en douze groupes de travail, les jeunes vont d'abord se retrouver durant deux jours pour débattre. Cette année, ils ont opté pour huit thématiques aussi différentes les unes que les autres: Quelles normes les grandes entreprises suisses doivent-elles observer à l'étranger, faut-il abolir l'obligation de servir, quelles mesures pour mieux protéger les jeunes LGBT, comment mieux inciter le commerce de détail à réduire les emballages ?

Soutien des experts et des élus

Des experts de la Confédération et de diverses organisations seront à disposition pour les aider dans leurs délibérations. Des parlementaires, tous partis confondus, viendront également donner un coup de main. Côté romand, figurent Philippe Bauer (PLR/NE), Alice Glauser (UDC/VD), Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE) et Isabelle Chevalley (PVL/VD).

A l'issue de leurs débats, les participants se retrouveront samedi et dimanche en session dans la salle du Conseil national. Le conseiller fédéral Ignazio Cassis ouvrira la séance par un discours. Dimanche, les revendications seront présentées, discutées et votées en plenum. Elles seront ensuite remises au président du Conseil national Dominique de Buman.

Mais le Parlement entre rarement en matière sur les pétitions remises par la session des Jeunes. "Les propositions ne sont pas mauvaises, mais simplement visionnaires et trop ambitieuses pour trouver une place dans le travail du législateur", explique Lauriane Laville, responsable de la communication du Conseil suisse des activités de jeunesse (CSAJ), qui coordonne l'événement.

Prix Jeunesse

Les jeunes remettront aussi samedi le Prix Jeunesse à une personne ou une organisation s'étant particulièrement engagée en faveur des jeunes. Cette année, ils auront à choisir entre trois candidatures: il y a Milchjugend, la plus grande organisation de jeunesse qui soutient les jeunes lesbiennes, gays, bi, trans et asexuel(le)s.

L'association beraber, composée d'étudiants actifs surtout à Berne, Bâle et Zurich, apporte elle son aide aux jeunes issus de l'immigration. Enfin CinéCivic est un projet international géré par les chancelleries romandes (GE, FR, VD, NE, VS, JU et BE) qui vise à encourager les jeunes à participer aux votations et aux élections.

Fribourg dans le top

Cette année, Zurich est à nouveau le canton qui a envoyé le plus de jeunes avec 32 participants. Parmi les cantons romands, Fribourg se distingue avec 27 participants romands et deux Alémaniques. Il est suivi du Valais avec 15 politiciens juniors (dont trois alémaniques), Vaud (8 participants), Neuchâtel (4) et Genève (4), Jura (3) et le Jura bernois (1).

"L'intérêt des jeunes est toujours très élevé pour venir à la session des Jeunes", note Lauriane Laville. Seul bémol: ils ont tendance à faire de la politique comme les adultes et les débats tendent à devenir plus polarisés qu’autrefois."

Il s'agit de la 27e édition depuis 1991. La Session des jeunes se déroule annuellement depuis 1993. Parmi les jeunes politiciens qui se sont illustrés par la suite figurent le Genevois Pierre Maudet (PLR), le Bernois Erich Hess (UDC) ou le St-Gallois Lukas Reimann (UDC).

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.