Bienne vivra du 10 mai au 6 juin à l'heure des Journées photographiques. Placées sous le thème "flood" (inondation), elles proposent un parcours de plus d’une vingtaine d’expositions dans plusieurs nouveaux lieux de la ville et toute une série d'événements.

Pendant trois semaines, la 23e édition des Journées photographiques de Bienne mettra en lumière les différentes déclinaisons de la photographie à travers le temps. Elles nous mèneront de ses balbutiements à l’ère numérique, en misant sur la participation et l’interactivité, écrivent les organisateurs mardi dans un communiqué.

Pour évoquer l'ancêtre de l'appareil photo, le sténopé, ou la camera obscura, un atelier proposera par exemple aux visiteurs de bricoler eux-mêmes leur appareil au moyen de déchets tels que tetra-pack ou boîtes de conserve. A l'autre bout, l'artiste français Mathieu Merlet Briand réalisera une installation via un algorithme qui récupère des données statistiques et des milliers de photos liées à une recherche sur le web.

L'exposition principale propose une sélection insolite d'images de femmes observant un sujet hors-champ au moyen de jumelles. Elles sont réalisées par des photographes de l'agence Magnum. Les spectateurs pourront créer leur propre image sur ce thème et la poster sur instagram. Elles feront l'objet d'un concours interactif.

Les réseaux sociaux seront mis en valeur par l'artiste français Romain Roucoules qui imprimera les photos mises en ligne par les visiteurs. Une façon de donner une valeur tangible à des clichés voués à l'immatériel, écrivent les organisateurs.

Selon eux, les interactions entre la photographie et les mondes virtuels sont infinies. Ainsi deux ateliers de médiation culturelle donneront aux visiteurs la possibilité de jouer entre ces différents niveaux.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.