Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Centrafrique est en proie à des violences perpétrées par des groupes armés qui s'affrontent dans les provinces pour le contrôle des ressources, notamment les diamants, l'or et le bétail (archives).

KEYSTONE/AP/JEROME DELAY

(sda-ats)

Les trois journalistes russes tués le 31 juillet en Centrafrique ont été victimes de voleurs, a affirmé vendredi à Moscou le ministère des Affaires étrangères. Il a précisé qu'il se basait sur les premiers résultats de l'enquête en Centrafrique.

Le reporter de guerre Orkhan Djemal, le documentariste Alexandre Rastorgouïev et le caméraman Kirill Radtchenko, "ont été attaqués par des personnes non identifiées qui avaient pour but de les voler, et ont été tués alors qu'ils tentaient de résister", a indiqué le ministère russe dans un communiqué, citant sa porte-parole Maria Zakharova.

Les journalistes enquêtaient sur les activités dans ce pays de la société militaire privée Wagner, qui s'est illustrée notamment en Syrie, pour le Centre de gestion des investigations, un projet lancé par l'opposant russe en exil Mikhaïl Khodorkovski.

En mars, Moscou avait annoncé avoir envoyé en Centrafrique cinq officiers et 170 instructeurs civils, qui selon des experts pourraient appartenir à Wagner. Moscou n'a jamais reconnu officiellement le rôle du groupe Wagner dans des conflits, ni les pertes subies par ses combattants.

Sécurité du président

Depuis début 2018, la Russie a déployé des instructeurs militaires en Centrafrique, livré des armes à l'armée nationale et assure la sécurité du président Faustin-Archange Touadéra, dont le conseiller à la sécurité est un Russe. Moscou avait réussi à obtenir une exemption de l'ONU afin de vendre des armes au gouvernement centrafricain.

Officiellement, le programme russe vise à renforcer une armée en grande difficulté dans un pays où la majeure partie du territoire est contrôlé par des groupes armés. La porte-parole Maria Zakharova a assuré vendredi que les militaires russes présents en Centrafrique se contentaient d'entraîner des troupes locales, sans prendre part à des combats.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS