Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Hockey sur glace - Les Kloten Flyers ont besoin de sept millions de francs pour éviter la faillite. Mais le temps presse.
Lors d'une conférence de presse, le vice-président Jan Schibli a présenté des chiffres qui donnent à réfléchir. A la fin de l'exercice au 30 avril, le déficit s'élève à 7,9 millions de francs pour une dette qui se porte désormais à 10,9 millions. L'avocat Daniel Hunkeler, responsable de l'assainissement, parle dans son analyse d'un "club fortement surendetté et insolvable".
Les investisseurs potentiels devraient injecter sept millions de francs au minimum afin de régler les lourdes charges. "Sans une prise de conscience, il n'y a pas d'avenir", a lâché Peter Bossert, le patron de la Task Force "Rettung Kloten Flyers" (Sauvez Kloten). "Et sans les sept millions pour assainir le bilan, il n'y a plus de société anonyme EHC Kloten Sport", a précisé Hunkeler. On s'attend à ce que divers créanciers abandonnent leur ardoise à hauteur de 3,1 millions de francs. En revanche, les 5,1 millions dûs aux institutions comme les impôts et les assurances sociales devront être payés.
Avec une masse salariale de 8,2 millions de francs et des frais de fonctionnement proche des 16 millions, l'équipe de l'ancien président Jürg Bircher était vouée au crash. La Task Force de Bossert a jusqu'au mercredi 6 juin 17h00 pour présenter son plan à la Ligue. Deux jours plus tard à Lugano, l'assemblée de la Ligue décidera du sort des Flyers.
Diverses actions de fans, mais aussi de mécènes et de joueurs ont permis de récolter 530'000 francs. Deux sociétés se sont engagées à verser 500'000 francs chacune, pour autant que dix entreprises participent à l'assainissement. Hunkeler s'est déclaré "optimiste mais prudent" au vu des derniers événements.
Capitaine des Flyers et juriste, Victor Stancescu mènera une consultation auprès de ses coéquipiers jeudi pour savoir si les joueurs acceptent de faire preuve d'un nouvel élan de solidarité. Pour rappel, ils n'ont toujours pas touché les salaires d'avril et mai.

ATS