Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les combattants kurdes, soutenus par la coalition internationale conduite par les Etats-Unis, ont repris du terrain à l'Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak, près de Mossoul, a affirmé lundi l'armée américaine. Ils se sont emparés de trois postes avancés des djihadistes.

Mossoul est considéré comme une ville cruciale pour une éventuelle contre-offensive des soldats irakiens et des combattants kurdes, les peshmergas, visant à repousser l'EI qui contrôle de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie.

L'assaut kurde a été soutenu par quatre raids "précis et efficaces" de la coalition entre vendredi et dimanche, a indiqué le commandement américain interarmées. Des conseillers militaires de la coalition ont aussi fourni aux Kurdes "une aide en matière de renseignements".

Les forces irakiennes vont mener dans "les semaines à venir" une offensive terrestre contre les djihadistes de l'EI avec l'appui de la coalition, a annoncé dimanche le coordinateur américain de la coalition contre l'EI, le général à la retraite John Allen, lors d'un déplacement à Amman.

En Syrie, la ville clé de Tall Abyad, tenue par l'EI, est dans la nouvelle ligne de mire des forces kurdes et rebelles après leur victoire à Kobané, a rapporté lundi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG proche des insurgés syriens.

Assad interviewé par la BBC

De son côté, le président syrien Bachar Al-Assad a indiqué que son pays est tenu "informé" des frappes aériennes que la coalition internationale antidjihadistes mène sur son territoire.

"Parfois, ils (la coalition) transmettent un message, un message général", a déclaré M. Assad dont les forces combattent depuis près de quatre ans des rebelles qui veulent sa chute. "Il n'y a pas de dialogue. Il y a, disons, information, mais pas dialogue", a-t-il précisé, dans un entretien à la BBC diffusé mardi.

Interrogé sur une coopération indirecte, le président syrien a expliqué: "il est vrai que, via des intermédiaires, plusieurs intermédiaires, l'Irak et d'autres Etats, ils nous transmettent parfois des messages, des messages généraux mais rien de stratégique".

Bachar Al-Assad a toutefois exclu que son pays rejoigne les rangs de la coalition."Nous ne voulons pas, pour une simple raison: nous ne pouvons pas nous allier à des pays qui soutiennent le terrorisme", a-t-il dit. Le président syrien faisait référence aux Occidentaux et aux pays du Golfe qui soutiennent les rebelles syriens considérés comme des "terroristes" par le régime.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS