Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Latins sont toujours sous-représentés dans l'administration fédérale, même si la situation s'améliore peu à peu. Si l'on considère les postes de cadres, le Département fédéral de la défense fait figure de cancre, avec seulement 10,3% de Romands.

C'est ce que révèle une enquête de "L'Hebdo" à paraître jeudi. Pour la prochaine législature, soit d'ici 2015, le Conseil fédéral avait annoncé un objectif global de 70% de germanophones (72,1% en 2010), 22% de francophones (21%), 7% d'italophones (6,6%) et 1% de personnes parlant le romanche (0,3%).

Le magazine romand s'est penché plus particulièrement sur les cadres supérieurs, soit les classes de salaires 30 à 38, gagnant plus de 195'000 francs par an. Selon les chiffres fournis par l'Office fédéral du personnel, sur 873 cadres de ce niveau, les germanophones sont 74,6%, les francophones 20,8%, les italophones 3,9% et les personnes parlant le romanche 0,6%.

Ecarts entre départements

Si ces chiffres ne semblent pas trop éloignés des objectifs, ils révèlent des disparités importantes entre les départements. Celui d'Ueli Maurer est nettement le plus mauvais élève, avec 10,3% de cadres francophones et 1,1% d'italophones.

Le Département fédéral des affaires étrangères de Micheline Calmy-Rey, en mains latines depuis 1970, présente les meilleurs résultats: 28,9% de francophones, 6,1% d'italophones et 1% de personnes parlant le romanche.

Il est suivi par le Département de l'économie de Johann Schneider-Ammann (23,4%/1,4%), celui de justice et police de Simonetta Sommaruga (20,8%/3,7%) et celui de l'intérieur de Didier Burkhalter (19,7%/5%).

Le DETEC à la traîne

Le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication de Doris Leuthard fait plutôt pâle figure avec seulement 14,8% de Romands et 4,4% d'italophones parmi ses cadres.

Les valeurs cibles fixées par le Conseil fédéral sont celles définies par la nouvelle ordonnance sur les langues, en vigueur depuis le 1er juillet 2010.

ATS