Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les deuxièmes matches des quarts des play-off de LNA n'ont pas donné lieu à des bouleversements. Fribourg Olympic, Monthey, Union Neuchâtel et les Lions de Genève l'ont emporté et mènent 2-0.

Comme on pouvait s'y attendre, c'est Monthey qui a eu le plus de mal à venir à bout de son adversaire tessinois. Les Chablaisiens ont finalement gagné 76-73. Mais les Luganais ont fait douter Niksa Bavcevic en ayant dix points d'avance juste après la première pause (28-18). Les deux équipes se sont ensuite livré un beau duel avec au final un succès montheysan logique. Les Valaisans sont surtout heureux de pouvoir à nouveau compter sur Rickey Gibson. Le meneur américain, sans doute encore un peu rouillé, a tout de même inscrit 11 points. Mais c'est Goran Ikonic avec ses 22 points qui a terminé meilleur marqueur de la rencontre.

Les Lions de Genève pensaient peut-être que Boncourt ne serait qu'une péripétie avant des demi-finales nettement plus disputées. Eh bien le champion en titre ne s'est imposé que 88-76. Déterminés à ne pas se laisser marcher dessus, les Jurassiens ont répondu coup pour coup aux Genevois. A la 25e, le score était encore de 49-49. A la 37e, les Lions ne menaient que de trois longueurs (74-71). Mais les hommes d'Ivan Rudez possèdent de l'expérience et ils ont su profiter du "money time" pour écarter les Boncourtois. Les locaux ont fait la différence sous le panier adverse avec 52 points marqués dans la peinture contre seulement 20 pour les Jurassiens. Mladjan (21 pts) et James (19) ont été les moteurs offensifs des Lions.

Fribourg Olympic déroule

Fribourg Olympic n'a pas tremblé. Les Olympiens ont écrasé les Alémaniques 104-55. Petar Aleksic, prudent, avait prévenu que les Starwings ne seraient pas simples à manoeuvrer. Après le quart-temps initial, le coach fribourgeois pouvait revoir sa copie avec un 32-10 en faveur de ses ouailles. Autant dire que la partie avait déjà perdu tout suspense. Alors Aleksic a fait tourner, histoire de ménager sa monture. En face, les Bâlois ont étonnamment fait jouer neuf garçons. Sans doute que l'écart a poussé l'entraîneur bâlois à donner du temps de jeu à ses remplaçants.

A la Riveraine, Union Neuchâtel n'a jamais été mené et s'est finalement imposé 90-73. Mais le score ne traduit pas forcément avec exactitude le déroulé de la rencontre. Clairement supérieurs en début de partie, les hommes de Manu Schmitt ont eu jusqu'à 25 points d'avance à la 17e (46-21). Mais à la 34e, les Tessinois ne comptaient plus que cinq longueurs de retard (71-66). Seulement cette débauche d'énergie pour recoller au score fut fatale aux joueurs de Massagno. Concentrés sur leur basket, Touré & co ont remis une couche en fin de rencontre pour reprendre le large. Si Touré 21 pts/16 rebonds), Mathis (15 pts/16 reb/5 passes) et Brown (23/2/7) ont fait ce que l'on attendait d'eux, Leo Schittenhelm a été très bon avec 15 points.

ATS