Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme promis, les lunettes pour enfants seront à nouveau prises en charge par l'assurance maladie. Et ce dès le 1er juillet. Le ministre de la santé Alain Berset a modifié l'ordonnance sur les prestations de l'assurance des soins, ont annoncé jeudi ses services.

La suppression du remboursement des verres de lunettes et des lentilles de contact pour enfants, décidée en décembre 2010 par Didier Burkhalter alors qu'il était encore ministre de la santé, a suscité un tollé. L'automne dernier, lors de l'annonce des hausses des primes maladie, le libéral-radical refusait encore de revoir sa position. Selon lui, sa décision a fait baisser le prix des lunettes.

Mais, alors que le Parlement faisait pression, le nouveau chef du Département fédéral de l'intérieur Alain Berset a annoncé en février être prêt à faire marche arrière. Une nouvelle expertise a en effet changé la donne entretemps. Il en ressort que la plupart des défauts visuels qui ne sont pas liés à une maladie primaire doivent être traités chez un enfant pour éviter des complications (amblyopie) qui pourraient avoir des conséquences irréversibles.

La correction d'un défaut visuel chez l'enfant doit donc être considérée comme le traitement d'une maladie. Le remboursement vaudra à nouveau jusqu'à un montant de 180 francs par an et pour les mineurs jusqu'à 18 ans.

Autres modifications

L'ordonnance comporte d'autres modifications. L'irradiation thérapeutique par faisceau de protons pour traiter différents cancers du sein sera remboursée à certaines conditions. Vingt patientes pourront ainsi être traitées dans le cadre d'une étude à l'Institut Paul Scherrer.

Les traitements des champs perturbateurs ou la thérapie neurale selon Huneke ne seront en revanche plus remboursés étant donné que l'association suisse de thérapie neurale a retiré sa demande.

Le programme de vaccination des femmes de 15 à 26 ans contre le papillomavirus humain sera quant à lui prolongé jusqu'en 2017.

ATS