Toute l'actu en bref

Près de 22% de la population n'est pas en mesure de payer une facture imprévue de 2500 francs dans un délai d'un mois (image symbolique).

Keystone/MARTIN RUETSCHI

(sda-ats)

Plus d'une personne sur cinq en Suisse a des difficultés à faire face à une grosse dépense imprévue. Les ménages composés d'une mère ou d'un père élevant seul ses enfants sont de loin les plus touchés.

C'est ce qui ressort de l'enquête de l'Office fédéral de la statistique (OFS) sur les conditions de vie et le bien-être des ménages pour 2015. Près de 22% de la population n'est pas en mesure de payer une facture imprévue de 2500 francs dans un délai d'un mois. Les mères ou pères seuls avec enfants sont plus du double à être concernés (46%).

Ce type de difficulté concerne 27% des personnes seules de moins de 65 ans et 24% des personnes vivant en couple avec enfants. Parmi les couples de moins de 65 ans sans enfants, seule une personne sur huit est touchée.

De manière plus générale, l'OFS relève que plus d'un quart des ménages composés d'une mère ou d'un père seul avec enfant déclare avoir des difficultés à joindre les deux bouts. Au total, 11,2% de la population en Suisse vit dans un ménage précaire.

En plus d'une situation financière difficile, un quart des personnes vivant dans une famille monoparentale citent des problèmes en lien avec leur logement. Cela peut avoir trait à de l'humidité ou du bruit. Les personnes seules de moins de 65 ans se plaignent dans une proportion identique de ce genre de nuisances. Ils ne sont que 16% parmi les couples avec ou sans enfants.

Les couples vivent plus heureux

Même si la situation financière des personnes de moins de 65 ans vivant seules est moins difficile que celle des familles monoparentales, ces deux catégories se rejoignent en termes d"insatisfaction par rapport à leurs relations personnelles et à leur vie actuelle, note l'OFS. Dans ces deux groupes, presque la moitié se montre pas ou moyennement satisfaits de sa vie.

En terme de bien-être subjectif, le fait de vivre avec un partenaire, avec ou sans enfant, semble prépondérant. La palme revient aux couples sans enfants, bien qu'ils soient encore 22% à se déclarer pas ou moyennement satisfaits de leur vie actuelle.

ATS

 Toute l'actu en bref