Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les médicaments vendus en Suisse sont nettement plus chers qu'en Europe. La marge de distribution est en moyenne 25% supérieure à celle de six pays européens comparés, selon une étude de santésuisse. Pour la faîtière des caisses maladie, le potentiel d'économie est de 300 millions de francs.

Elle tire ces conclusions d'une étude comparative présentée mercredi à Berne. Celle-ci a pris comme pays de référence le Danemark, l'Allemagne, l'Angleterre, les Pays-Bas, la France et l'Autriche.

Marges plus élevées

L'étude montre que les marges en Suisse pour les médicaments soumis à ordonnance sont les plus élevées, les autres pays européens ayant des marges jusqu'à 45% inférieures. La différence est d'en moyenne 25%. Les prix suisses au sortir d'usine figurent aussi parmi les plus élevés.

Santésuisse a pris en compte 6700 médicaments remboursés par les caisses maladie. Elle a calculé la marge de distribution de ces produits, mais sans la rémunération basée sur les prestations (RPB) que touchent les pharmaciens. Elle a également tenu compte d'un facteur de correction pour chacun des pays européens.

300 millions de francs

Les pharmacies qui représentent le canal de distribution le plus important (58%), prennent une marge en moyenne 25% supérieure à celles pratiquées par les pays de comparaison. Les marges des 7150 médecins qui fournissent directement à leurs patients des médicaments (30%) sont également de 25% plus élevées.

Santésuisse demande que la marge suisse soit ramenée au niveau européen moyen. Elle veut négocier directement les marges avec les partenaires commerciaux, ce qui nécessiterait un changement de l'ordonnance fédérale. Cette mesure permettrait d'économiser 300 millions de francs soit 1,5% de primes par année.

Quelques représentants des pharmaciens et des médecins présents ont contesté la méthodologie de l'étude. L'un d'entre eux a déclaré que les économies demandées aux pharmacies, qu'il évalue à 200 millions de francs, signifieraient la fermeture de deux tiers des officines.

ATS