Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les entreprises de la Confédération ne doivent pas, en premier lieu, réaliser des bénéfices, mais fournir au public un service abordable et de qualité. Leurs managers ne devraient pas non plus gagner davantage qu'un conseiller fédéral. Tel est le but d'une initiative des magazines de défense des consommateurs.

Les journaux "Bon à savoir", "K-Tipp", "Saldo" et "Spendere Meglio" sont à l'origine du texte intitulé "Pro Service Public", présenté mardi à Berne. Ces publications de consommateurs lancent pour la première fois une initiative populaire.

Guichets fermés, transports publics sales, démantèlement dans la distribution du courrier: alors que des entreprises comme les CFF, La Poste ou Swisscom réalisent des bénéfices toujours plus grands, le service public part à la dérive, critiquent les initiants. Et cela alors que les prix augmentent.

Salaire des cadres supérieurs

L'initiative ne s'oppose pas aux bénéfices que pourraient réaliser ces entreprises, mais elle exige que les montants dégagés soient réinvestis dans le même secteur afin de soulager en priorité le portemonnaie des consommateurs.

Les initiants critiquent aussi les salaires des cadres supérieurs dans ces entreprises du service public.

Sympathie

La plupart des Suisses ne comprennent pas que le patron de Swisscom gagne quatre fois plus qu'un conseiller fédéral. C'est ce que montre un sondage représentatif réalisé par le magazine "K-Tipp" en Suisse alémanique et en Suisse romande: près de 77% des 1000 sondés se disent dérangés par les salaires élevés des managers de La Poste, des CFF ou de Swisscom.

Le personnel des CFF et de La Poste, en contact avec la clientèle, bénéficie en revanche d'une forte sympathie du public. Plus de trois quarts des sondés font l'éloge du personnel des CFF, un taux qui grimpe à 83% pour celui de La Poste. A l'inverse, 50% des personnes notent très mal les tarifs des CFF. Les colis de La Poste sont, eux, jugés trop chers par 46% des sondés.

ATS