Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre de manifestants oscille entre 78'000 et 170'000.

KEYSTONE/EPA/IAN LANGSDON

(sda-ats)

Vitrines brisées, cocktails Molotov, échauffourées avec la police: des violences ont éclaté jeudi en France, faisant une vingtaine de blessés, lors de manifestations contre une réforme du droit du travail, adoptée pendant l'été après des mois de vive contestation.

Pour la 14e fois, des milliers d'opposants à la "loi Travail" ont défilé dans les rues de la capitale et d'une centaine de villes françaises pour demander le "retrait intégral" de cette loi défendue par le gouvernement socialiste contre une partie de son camp.

Pris dans les flammes de manière spectaculaire après le jet de cocktails Molotov, un membre des forces de l'ordre a notamment été brûlé à la jambe à Paris, où quatre manifestants ont aussi été blessés. "Au total, 15 policiers et gendarmes ont été blessés" dans toute la France, "dont deux grièvement", a précisé dans la soirée le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, faisant état de 62 interpellations.

La majorité des participants (78'000 selon la police, 170'000 selon les organisateurs) est toutefois restée pacifique.

Heurts à Nantes et Rennes

Des affrontements ont aussi eu lieu avec la police à Nantes où plusieurs milliers de personnes ont défilé, ainsi qu'à Rennes. La contestation fut déjà vive au printemps dans ces deux villes.

A Belfort, la manifestation contre la loi de la ministre du travail Myriam El Khomri s'est muée en un défilé de défense de l'usine Alstom menacée de fermeture. Elle a rassemblé 1700 personnes, selon la police.

A Marseille, les organisateurs ont revendiqué la présence de 30'000 manifestants alors que la police en dénombrait près de 3000. Depuis le début de la mobilisation contre la loi El Khomri, Marseille s'est souvent distinguée par des écarts de participation fort étonnants.

A Bordeaux, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans la confusion créée par l'arrivée d'éléments perturbateurs. Le cortège de l'intersyndicale a décidé d'écourter le défilé en cours de parcours.

Des appels à la grève ont en outre été lancés dans la fonction publique, à La Poste mais également à France télévisions.

La "der" pour Force ouvrière

Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), a fait savoir que la manifestation de ce jeudi serait la dernière pour son syndicat, qui compte poursuivre la bataille contre la loi Travail sur d'autres terrains. "Il y a d'autres manières de combattre cette loi. Il y a notamment les aspects juridiques: les services de FO travaillent sur tous les recours possibles."

Philippe Martinez, le dirigeant de la CGT, a récusé qu'il s'agisse d'un baroud d'honneur pour les opposants au texte de Myriam El Khomri. "On est encore là et on est déterminé. On va se revoir, on va discuter et on verra ce qu'on décide", a-t-il déclaré.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS