Très attendue, l'assemblée générale du PLR Genève consacrée à l'affaire Maudet aura lieu mardi. Appelé à la démission par les instances dirigeantes de son parti, le conseiller d'Etat prévenu d'acceptation d'un avantage saura s'il a encore le soutien de la base.

Près de 500 membres sont déjà annoncés et ils devraient être près de 600, a indiqué le président du PLR Genève Alexandre de Senarclens. Les membres devront répondre oui ou non à la question suivante: "Confiance et soutien à Pierre Maudet?". Ou s'abstenir.

Quelle que soit l'issue de ce vote, Pierre Maudet qui clame son innocence a déjà annoncé dans la presse qu'il ne démissionnerait pas du gouvernement genevois. Seule une condamnation par la justice le pousserait vers la sortie, a-t-il déclaré.

Convoquée par le comité directeur sous la pression des soutiens du conseiller d'Etat, cette assemblée générale permettra de prendre la température du côté des militants. Le magistrat ne peut plus compter sur la tête du parti qui l'a abandonné, d'abord au niveau suisse et ensuite après quelques hésitations au niveau cantonal.

C'est la première fois depuis la demande de la levée d'immunité de Pierre Maudet à la fin août que les membres du PLR Genève se réunissent pour évoquer l'affaire. Le sujet avait bien été abordé en assemblée des délégués, mais uniquement en marge de l'ordre du jour. Autant dire que les attentes sont grandes.

En crise

Depuis la fin août, l'affaire Maudet a plongé le PLR Genève dans une crise profonde. Lassé par révélations en cascade liées au voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi fin 2015 ainsi que par les mensonges du magistrat, le comité directeur du PLR Genève lui a demandé de démissionner.

Si Pierre Maudet ne joue pas sa tête mardi soir dans l'auditoire d'UniDufour, il n'en va donc pas de même pour le président de PLR Genève Alexandre de Senarclens qui met son poste en jeu. Si la base désavoue le comité directeur en soutenant Pierre Maudet, je démissionnerai, affirme M. de Senarclens. Une nouvelle assemblée devrait alors être convoquée.

La levée d'immunité de Pierre Maudet a permis au Ministère public de poursuivre le magistrat pour acceptation d'un avantage. Le conseiller d'Etat ainsi que son ancien chef de cabinet, qui est également prévenu d'acceptation d'un avantage, ont été entendus à plusieurs reprises par les procureurs.

Depuis, l'élu PLR a avoué avoir menti sur la nature et le financement de son séjour dans les Emirats. Ce voyage organisé par des amis actifs dans l'immobilier avait été payé par le prince héritier cheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyan.

Nouvelle demande

La semaine dernière, le Ministère public a annoncé avoir saisi le Grand Conseil d'une demande d'extension de l'autorisation de poursuivre Pierre Maudet. La justice s'intéresse désormais aux relations entre le conseiller d'Etat et le groupe hôtelier Manotel, soupçonnant une possible acceptation d'un avantage dans ce cadre.

Deux associations, le Cercle Fazy-Favon et l'Association de soutien à Pierre Maudet" qui ont reçu des montants d'un total de 105'000 francs de la part de Manotel sont aussi dans le collimateur de la justice. Ces derniers éléments devraient alimenter les débats lors de l'assemblée générale de mardi soir.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.