Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les moutons en estivage souffrent d'une mauvaise protection, affirme la Protection suisse des animaux (PSA). L'organisation qui met en cause les subventionnements fédéraux, estime que trop peu de contrôles sont effectués. Elle entend améliorer la situation.

Sur 450'000 moutons, un tiers du cheptel suisse appartient à des éleveurs non-professionnels, a expliqué jeudi la PSA. Le manque de compétence des éleveurs induit souvent des conditions de détention contraires au droit des animaux, notamment pendant l'estivage, a-t-elle poursuivi.

"L'Etat récompense par l'argent du contribuable les troupeaux en estivages non protégés et sans surveillance", s'est indignée la PSA. Elle reproche également aux autorités de ne pas suffisamment contrôler les ovins dans les alpages.

Entre 7500 et 10'000 moutons meurent chaque sur les alpages, notamment à cause de chute, de maladies, de fils barbelés et de la foudre, a encore indiqué la PSA.

ATS