Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les négociations pour la nouvelle CCT déplaisent aux syndicats

Employés et employeur renégocient leur convention collective de travail (archives).

KEYSTONE/MANUEL LOPEZ

(sda-ats)

La renégociation de la convention collective de travail au sein des CFF et CFF Cargo a débuté dans un contexte de pression pour l'entreprise. Mais les propositions de la délégation des CFF déplaisent aux syndicats.

Le catalogue d'exigences n'est "rien d'autre qu'un programme d'économies", indique vendredi Manuel Avallone, vice-président du SEV, dans un communiqué commun des syndicats et des associations professionnelles SEV, transfair, ACTP (l'association des cadres) et le VSLF (le syndicat des mécaniciens de locomotive).

Les revendications se résument à des baisses de salaire, à l'augmentation du temps de travail, à la facilitation des licenciements et à la suppression de jours de vacances, résument les représentants du personnel. Avec ce paquet, la direction des CFF "ne montre que mépris", souligne M. Avallone. Et d'ajouter: "Elle vit dans un monde parallèle si elle croit que le personnel va se laisser humilier ainsi!"

Le personnel, toujours prêt à s'identifier à son entreprise et à fournir des prestations de qualité pour le service public, mérite mieux que ces attaques frontales, estiment les syndicats. Ceux-ci attendent de la direction qu'elle revienne à la table des négociations avec un paquet "avec lequel on peut réellement négocier".

Préoccupations opposées

Contactés par l'ats, les CFF répondent que les négociations de la CTT viennent tout juste de commencer. Pour l'instant, un catalogue des préoccupations respectives a été élaboré, préoccupations qui sont de nature opposée. L'ex-régie fédérale dit vouloir renégocier la CCT avec les partenaires sociaux, ce en raison d'une concurrence accrue et de coûts élevés.

L'entreprise ferroviaire "veut évidemment rester un employeur attractif". Elle conteste vouloir baisser les salaires ou augmenter le temps de travail. Il s'agit d'adapter les conditions de travail aux exigences actuelles et futures. "Nous voulons ainsi garantir les places de travail sur le long terme". Les CFF ne s'expriment pas sur les revendications, celles-ci étant négociées avec les partenaires sociaux.

L'ex-régie fédérale fait actuellement face à plusieurs problèmes, notamment une réorganisation interne qui vise à supprimer 1400 postes à l'horizon 2020 avec le programme d'économie RailFit 20/30.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.