Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le régime nord-coréen a exhorté dimanche la population à défendre "jusqu'à la mort" son nouveau leader Kim Jong-Un. Un éditorial du pouvoir brosse la ligne politique pour l'année 2012, dont la priorité sera de s'assurer que la transition se déroule sans accroc, selon les analystes.

"Le parti tout entier, l'armée tout entière et le peuple tout entier doivent avoir la ferme conviction qu'ils vont devenir des remparts et des boucliers humains pour défendre Kim Jong-Un jusqu'à la mort", selon l'éditorial publié dans l'organe du Parti communiste au pouvoir, "Rodong Sinmun", et dans d'autres journaux officiels.

Pas de dialogue avec Séoul

Kim Jong-Un, fils cadet de Kim Jong-Il, a été nommé "leader suprême" du pays jeudi dernier, en remplacement de son père décédé le 17 décembre. Pyongyang a indiqué samedi qu'il avait été officiellement confirmé au "commandement suprême" de l'armée, forte de près de 1,2 million de soldats et quatrième au monde par ses effectifs.

Pyongyang avait aussi prévenu le monde, vendredi qu'il n'y aurait pas de dialogue avec le gouvernement actuel à Séoul.

L'article publié dimanche dans la presse nord-coréenne promet de "renforcer" les forces armées et appelle les Etats-Unis à retirer ses 28'500 soldats de Corée du Sud, dont ils sont l'allié. Mais il ajoute que Pyongyang "s'efforcera de développer des relations d'amitié avec les pays qui respectent (sa) souveraineté".

Difficultés alimentaires

Le pays s'est fixé pour objectif de devenir "une nation puissante et prospère" en 2012, année du centenaire de la naissance de Kim Il-Sung, fondateur de la Corée du Nord, père de Kim Jong-Il. L'éditorial reconnait cependant que les difficultés alimentaires sont "une question brûlante".

La Corée du Nord, qui a souffert d'une famine meurtrière dans la deuxième moitié des années 90, connaît des pénuries alimentaires chroniques, en raison d'une économie en ruines et de l'allocation de la plupart des ressources vers les élites, l'armée et le programme nucléaire.

ATS