Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Les nouvelles normes bancaires dites de Bâle III, destinées à renforcer la solidité des banques, auront un impact modeste sur la croissance mondiale, réduisant le PIB de 0,22% maximum, estiment dans une nouvelle étude le Comité de Bâle et le Comité de stabilité financière.
L'introduction des nouvelles mesures, annoncées en septembre et qui prévoient d'augmenter très progressivement le ratio de fonds propres durs à 7% d'ici à 2019, réduira au maximum le produit intérieur brut (PIB) de 0,22%, selon l'étude. "Une introduction plus rapide conduirait à une baisse légèrement plus importante" du PIB.
Le Comité de Bâle avait dévoilé jeudi sur son site internet une autre étude d'impact de Bâle III. Elle concluait que les banques auraient eu besoin de 602 milliards d'euros pour respecter un ratio de fonds propres durs de 7% si les nouvelles normes s'étaient appliquées fin 2009.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS