Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'émergence régulière de nouvelles drogues, certaines vendues sur Internet comme substances légales, constitue le "défi de la décennie", a mis en garde l'Observatoire européen des drogues et toxicomanies (OEDT). Depuis le début de l'année, 39 nouvelles substances ont été repérées.

En 2010, 41 nouvelles drogues avaient été notifiées à l'OEDT et à Europol. Ainsi, au total, plus de 150 substances sont désormais surveillées par le système européen d'alerte précoce (EWS).

"L'émergence rapide de nouvelles substances psychoactives non contrôlées, souvent vendues sous l'appellation "euphorisants légaux", constitue un défi croissant tant en Europe qu'à l'échelle internationale", a indiqué l'OEDT.

Boutiques en ligne

Face à cette situation "les politiques antidrogue et les réponses européennes doivent désormais être configurées pour répondre aux défis de la prochaine décennie", a commenté le directeur de l'OEDT.

La principale difficulté pour enrayer cette montée en puissance tient principalement à une "interaction croissante" entre les marchés des "euphorisants légaux" et les substances illicites". Le rapport de l'OEDT met en avant l'apparition d'un nombre record de 600 boutiques, vendant en ligne des substances psychoactives.

L'OEDT cite notamment la méphédrone, une drogue de synthèse proche de la cocaïne ou de l'ecstasy, vendue à la fois en ligne comme un "euphorisant légal" et par "l'intermédiaire de réseaux illégaux".

Plafond pour la cocaïne

La plupart des nouvelles drogues sont notamment des cannabinoïdes de synthèse, des cathinones (khat) de synthèse ou des dérivés synthétiques de médicaments comme la kétamine ou la phéncyclidine PCP.

Le constat est légèrement plus optimiste en ce qui concerne la cocaïne et le cannabis. L'Observatoire estime que la consommation de cocaïne pourrait "avoir atteint un sommet", celle du cannabis "céder du terrain chez les jeunes" tandis que celle des drogues de synthèse (ecstasy, amphétamines) est "globalement stable ou en recul".

ATS