Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'hôtellerie suisse, plombée par le recul de la demande étrangère, a affiché une baisse de 3,7% ou 591'000 nuitées au cours de la saison touristique d'hiver 2011/2012, par rapport à l'hiver précédent. De novembre à avril, 15,2 millions de nuitées ont été enregistrées.

Pendant la saison froide, la demande des hôtes suisses a progressé de 0,1% à 7,1 millions de nuitées mais celle des visiteurs étrangers a chuté de 6,9%. En termes absolus, ces derniers restent toutefois le principal public, avec quelque 8,2 millions de nuitées, selon les chiffres publiés jeudi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Sur l'ensemble de la période, seuls les mois de novembre (+0,1%) et de février (+1,5%) affichent une hausse. Quant au mois d'avril 2012, il accuse un déclin de 5% sur un an, à 2,3 millions de nuitées.

Suisse désertée par les Européens

Reste qu'en avril, les hôtes indigènes ont diminué de 7,1%, générant 991'000 nuitées. Et une fois n'est pas coutume, le recul des visiteurs étrangers a été moins marqué, de seulement 3,5%, pour un total de 1,3 million de nuitées.

Sur l'ensemble de la saison d'hiver, les Européens, franc fort oblige, ont nettement boudé la Suisse. L'hébergement a décliné de 11% (-736'000 nuitées) par rapport à la même période voici un an. L'Allemagne présente un repli de 16%, le plus important en valeur absolue, devant le Royaume-Uni (-10%), les Pays-Bas (-19%) et la Belgique (-12%).

Italiens et Français ont également été moins nombreux, en recul respectivement de 7,7% et 3,9%. Quant aux visiteurs en provenance d'Amérique, leur nombre est demeuré stable.

Inquiets de cette évolution, GastroSuisse, la fédération des hôteliers et restaurateurs, a répété jeudi l'urgence d'améliorer les conditions-cadres pour le tourisme. Elle exige le maintien du taux de TVA préférentiel de 3,8% pour la branche et la révision de la loi dans ce sens.

ATS