Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président kosovar Hashim Thaçi attend l'élection du président du Parlement pour désigner un candidat au poste de Premier ministre (archives).

KEYSTONE/EPA/VALDRIN XHEMAJ

(sda-ats)

Cinq pays occidentaux ont fait part dimanche de leur "inquiétude" quant au blocage politique qui empêche le Kosovo de se doter d'un nouveau gouvernement. Ce vide politique dure depuis les élections législatives du 11 juin.

"La situation politique actuelle au Kosovo nous inquiète", ont écrit les ambassades à Pristina de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, d'Italie et des Etats-Unis dans un communiqué commun. Il est "de la responsabilité des dirigeants du Kosovo" de doter le pays des Balkans d'une majorité parlementaire et d'un gouvernement, soulignent-elles.

Jeudi, près de deux mois après les législatives, le Parlement kosovar a échoué à élire son président, car les députés de la coalition des anciens chefs rebelles, arrivée en tête du scrutin et seule habilitée à présenter un candidat pour ce poste, ne se sont pas présentés dans la salle de l'assemblée après une interruption de séance.

Nombreux défis

L'élection du président du Parlement est une étape clé pour la formation d'une majorité devant permettre au président Hashim Thaçi de désigner un candidat au poste de Premier ministre. Dans leur communiqué, les cinq pays occidentaux jugent vital que "les députés élus assistent aux séances et permettent (au Parlement) de commencer à travailler".

La Kosovo fait face à de nombreux défis, dont "la nécessité de développer l'économie, de renforcer l'Etat de droit, la perspective européenne et sa relation avec la Serbie", ont-ils encore estimé.

"Les citoyens du Kosovo méritent une Assemblée et un gouvernement capables de relever ces défis". Le Parlement doit se réunir lundi pour tenter, à nouveau, d'élire son président.

Le Kosovo, qui compte 1,8 million d'habitants, est un des pays les plus pauvres d'Europe. Cette ancienne province albanaise de la Serbie a déclaré son indépendance en 2008.

ATS