Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Grand Conseil valaisan demande à la Confédération de maintenir le moratoire interdisant les OGM après 2017. Il a en revanche refusé vendredi d'ancrer l'interdiction dans une loi cantonale.

La résolution portée par des députés de gauche et de droite vise à continuer d'interdire les organismes génétiquement modifiés (OGM) sur le territoire suisse. Elle a été acceptée sans discussion par 81 voix contre 32.

La motion portée par l'UDC a, elle, été refusée par 66 voix contre 42 et 10 abstentions. Les députés n'ont pas voulu suivre la voie tracée par les cantons de Fribourg et du Jura qui ont récemment interdit l'utilisation d'OGM dans leur agriculture.

Le PDC et le PLR se sont montrés les plus réticents, craignant notamment un coup d'arrêt à la recherche et des répercussions pour l'emploi en Valais où est implantée l'entreprise chimique Syngenta. "Dans une loi, on peut faire des exceptions et l'on pourra donc en faire une pour la recherche", a rétorqué la verte Marylène Volpi Fournier.

Plusieurs cantons dont le Tessin, Genève, Vaud et Neuchâtel ont déjà manifesté leur opposition aux OGM via diverses mesures. Au niveau fédéral, le moratoire les interdisant date de 2005 et a ensuite été prolongé jusqu'en 2017.

ATS