Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nombre total d'oiseaux nicheurs en Suisse est en hausse. Mais s'il y a toujours plus de généralistes, comme les corneilles et les mésanges, les populations de spécialistes diminuent.

Pour la première fois, la Station ornithologique suisse de Sempach (LU) a publié mercredi un "Etat de l'avifaune en Suisse". Ce rapport se base sur plusieurs programmes d'observation et "joue un rôle de baromètre de l'état de notre nature en général", indique la Station ornithologique.

Selon le texte, le Swiss Bird Index montre une évolution positive des effectifs d'oiseaux nicheurs en Suisse. Les espèces en augmentation sont celles qui sont capables de s'adapter et en particulier celles qui aiment le chaud. Les espèces des forêts ont en outre connu une année faste en 2014.

Pas moins de 40% des nicheurs suisses figurent sur la liste rouge des espèces menacées. Toutefois, après deux décennies d'évolution négative, leur niveau s'est stabilisé. Les prochaines années montreront s'il s'agit là bien d'un retournement de la tendance.

Sensibles aux changements

Les spécialistes sont eux en difficulté. Ils sont très exigeants en matière de nourriture et de cadre de vie et sont sensibles aux changements.

Les ornithologues sont particulièrement inquiets pour "les espèces encore relativement répandues qui se raréfient de manière insidieuse", selon le rapport. Ainsi, le serin cini, cousin du canari, a vu ses effectifs chuter d'un quart en dix ans.

ATS