Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Les organisations Spitex privées sont inquiètes. Le nouveau système de financement des soins à domicile, qui sera appliqué dès 2011, va susciter des dépenses supplémentaires et d'autres inconvénients, a dénoncé lundi leur association faîtière.
Le nouveau régime des soins à domicile, qui se voulait transparent et ouvert, risque de discriminer les fournisseurs privés dans certains cantons, a fait valoir le conseiller national Rudolf Joder (UDC/BE), président de l'Association Spitex privée Suisse (ASPS).
Les cantons ont prévu des réglementations d'application très différentes. Par exemple, à Schaffhouse, les patients ayant recours aux services de soins à domicile public se verront facturer 10% des coûts, contre 20% pour ceux qui doivent faire appel à une organisation privée, a critiqué l'ASPS.
L'association va intervenir auprès de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé pour exiger un traitement équitable entre fournisseurs de soins à domicile privés et publics. Une motion demandant d'opérer des corrections dans la loi sera déposée au Conseil national.
Avec 24 organisations employant plus de 3000 personnes, l'ASPS couvre environ trois quart de l'offre Spitex privée en Suisse. Les privés doivent répondre pratiquement aux mêmes exigences que les organisations publiques, mais peuvent renoncer à prendre en charge certains patients, a expliqué Markus Reck de l'ASPS.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS