Navigation

Les ornithologues se penchent sur le déclin de la niverolle alpine

Robuste et adaptée à la haute montagne, la niverolle alpine se fait pourtant de plus en plus rare, surtout en dessous de 2400 mètres d'altitude. Burkhardt Marcel/Station ornithologique suisse sda-ats
Ce contenu a été publié le 12 mars 2019 - 11:14
(Keystone-ATS)

Cousine du moineau domestique, la niverolle alpine subit un déclin inquiétant depuis une vingtaine d'années. Pour en découvrir les causes exactes et mieux protéger ces oiseaux, la Station ornithologique suisse lance un projet de recherche.

Les ornithologues veulent analyser les besoins de la niverolle alpine, robuste et adaptée aux rudes conditions de son milieu naturel, la haute montagne. "Ces résultats aideront à comprendre comment l'espèce réagira aux changements de son environnement et à élaborer des stratégies de conservation efficaces", explique la cheffe de projet Fränzi Korner, citée dans un communiqué diffusé mardi par la Station ornithologique suisse, basée à Sempach (LU).

Réchauffement climatique

Le réchauffement climatique n'est sans doute pas étranger au déclin de la population de niverolles alpines. Au cours des vingt dernières années, l'oiseau s'est fait rare en dessous de 2400 mètres, selon le récent atlas des oiseaux nicheurs de la Station ornithologique suisse.

Entre 6000 et 9000 couples de niverolles alpines nichent en Suisse. Cela correspond à 15% de la population européenne de cette espèce.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article