Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Oskar Freysinger (à droite) et Jean-Marie Cleusix (à gauche) présentant la rentrée scolaire en août 2015 alors que M. Cleusix était encore chef du service de l'enseignement. Il a démissionné en juillet 2016 et sa nomination comme professeur au collège de St-Maurice provoque des remous (archives).

KEYSTONE/OLIVIER MAIRE

(sda-ats)

La nomination de l'ancien chef du service valaisan de l'enseignement à un poste d'enseignant au collège de St-Maurice (VS) fait des remous. Plusieurs partis politiques demandent lundi de surseoir à toute décision.

Le Nouvelliste avait annoncé vendredi la nomination de Jean-Marie Cleusix au collège de St-Maurice plutôt qu'à Brigue comme prévu dans un premier temps. Mais la démarche a provoqué la réticence du corps professoral du collège du Valais romand.

Les partis socialiste, démocrate-chrétien et libéral-radical ont dénoncé lundi dans un communiqué commun une tentative de forcing de la part du chef du département Oskar Freysinger pour placer son ancien chef de service. Ils demandent au conseil d'Etat de "surseoir à toute démarche liée à la réinsertion de Jean-Marie Cleusix tant que la lumière ne sera pas faite à son sujet".

Possibles dysfonctionnements

L'ancien chef de service avait annoncé sa démission le 27 juillet, quatre ans après son entrée en fonction, officiellement pour raison de santé. Mais le gouvernement a décidé de nommer un groupe de travail pour identifier d'éventuels griefs à l'encontre de M. Cleusix et de possibles dysfonctionnements dans son service.

Les trois partis politiques estiment inadmissible l'empressement du département de la formation de trouver une nouvelle place à M. Cleusix. De surcroît en imposant des modifications organisationnelles à un collège à la veille de la rentrée.

Jean-Marie Cleusix est une personnalité controversée en Valais. Il a été attaqué pour n'avoir pas payé l'intégralité de ses impôts à sa commune en 2015, puis pour avoir envoyé une secrétaire afin d'enregistrer une conférence de presse des autorités communales. Il s'est vu infliger un blâme par le conseil d'Etat et a réglé ses impôts depuis.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS