Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pays d'Afrique Centrale ont annoncé vendredi soir, à l'issue d'une réunion de médiation, la tenue "sans délai" de négociations entre le président de Centrafrique François Bozizé et la rébellion pour une sortie de crise. Au même moment, l'armée centrafricaine lançait une contre-offensive dans la ville stratégique de Bambari.

Les négociations annoncées par la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) auront lieu "sans conditions" entre les belligérants à Libreville au Gabon, a précisé cette dernière. La CEEAC n'a pas précisé de date. Les ministres des Affaires étrangères de l'organisation étaient réunis à huis clos pour discuter de la crise.

Au même moment, les combats reprenaient à Bambari, au centre du pays, où les forces armées centrafricaines ont lancé une contre-offensive pour reprendre aux rebelles du Séléka cette ville stratégique. "On ne sait pas qui contrôle la ville", a indiqué une source militaire.

Washington ferme son ambassade

Washington a fermé son ambassade à Bangui pour des raisons de sécurité. La Suisse recommandait de son côté vendredi à ses ressortissants dont la présence ne s'avère pas essentielle de quitter momentanément le pays.

Par ailleurs, quelque 300 femmes réunies à l'initiative d'associations proches du régime ont défilé vendredi à Bangui pour demander à l'alliance rebelle Séléka de "cesser le combat" et réclamer la paix.

Appel à la France

"Il faut que la France nous défende. Certains sont mécontents de la France parce qu'elle ne nous défend pas alors que c'est notre parrain, c'est elle qui nous a donné l'indépendance," a lancé une manifestante.

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a assuré que Paris n'avait aucune intention de s'ingérer dans les affaires intérieures en Centrafrique, et n'interviendra que pour protéger ses ressortissants.

La coalition rebelle du Séléka réclame "le respect" d'accords de paix conclus entre 2007 et 2011, auxquels le pouvoir centrafricain ne s'est pas plié selon elle. En deux semaines, elle s'est emparée de villes stratégiques, s'approchant dangereusement de Bangui.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS