Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'association de paysans alémanique "Bäuerliches Zentrum Schweiz" entend lutter contre le franc fort avec une mesure insolite. Les grands distributeurs devraient mentionner sur l'étiquetage de leurs produits combien d'argent va aux producteurs.

Les consommateurs sauraient ainsi qu'un agriculteur perçoit 27 centimes pour un oeuf, a indiqué mardi devant la presse à Berne Josef Kunz, président de l'association. Celle-ci entend inciter la population à acheter davantage de produits suisses.

Les paysans en attendent même une "spirale des prix positive": si un grand distributeur montre quelle valeur ont les produits suisses à ses yeux, les clients iront acheter chez lui, explique M.Kunz. Les prix pourraient ainsi être augmentés au lieu de baisser.

Un centime

Une différence d'un seul centime est vitale pour une petite exploitation agricole. "Si un petit producteur d'oeufs reçoit un centime de moins par oeuf, il perd 10'000 francs de son revenu annuel".

L'exemple du marché du fromage montre que les paysans ont intérêt à être transparents sur leurs prix. La baisse des prix de ces dernières années ne s'est faite que chez les producteurs, selon M. Kunz. "Pour nous, les prix ont diminué de moitié, mais le fromage coûte toujours autant, c'est ça le drame".

Le "Bäuerliches Zentrum Schweiz" affirme être en contact avec deux grands distributeurs. Il leur a soumis sa proposition et attend une réponse, a précisé M. Kunz.

ATS