Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon Ulrich Gygi il serait logique "que ceux qui font plus de trajets et sur de plus grandes distances payent aussi plus" (image symbolique).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Les pendulaires paieront plus cher pour utiliser les transports publics. C'est ce que révèle Ulrich Gygi, le président du conseil d'administration des CFF, dans une interview publiée dans Le Matin Dimanche.

"Les AG (abonnements généraux) utilisés par des pendulaires devront progressivement devenir plus chers", déclare celui qui quittera son poste en juin. Ces usagers titulaires d'un tel abonnement profitent d'un prix au kilomètre très bas, argue-t-il. Il relève au passage que l'ex-régie fédérale est en train de remodeler son système tarifaire.

Selon M. Gygi, il serait logique "que ceux qui font plus de trajets et sur de plus grandes distances payent aussi plus". Plusieurs mesures sont envisagées. Les pendulaires sont directement ou indirectement les plus touchés, car "les AG acquis par commodité et pour voyager durant les loisirs ne devraient pas augmenter", précise-t-il.

Ce dernier prédit entre autres un AG qui "ne donnerait plus droit qu'à un certain nombre de trajets". Une fois le nombre permis dépassé, l'usager devrait alors passer à la caisse. Selon lui, il est important de pouvoir suivre électroniquement les trajets des utilisateurs.

A terme, les prix varieraient ainsi selon la consommation du passager ou "en fonctions des types de trains, des heures ou des jours de la semaine", explique encore Ulrich Gygi.

ATS