Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

De nombreux vols ont été annulés ce samedi à l'aéroport parisien de Charles-de-Gaulle.

KEYSTONE/EPA/CHRISTOPHE PETIT TESSON

(sda-ats)

Entre coup d'envoi de l'Euro de football et "mobilisation nationale" contre la loi travail mardi, les mouvements sociaux se poursuivent ce week-end. La journée de samedi a été marquée par l'entrée en grève des pilotes d'Air France.

Quelque 25% des pilotes d'Air France participaient samedi au mouvement de grève, d'après la compagnie, tandis que le principal syndicat de pilotes avançait le chiffre de 70%.

"Les opérations du samedi 11 juin se déroulent conformément aux prévisions", a ajouté la compagnie dans un communiqué. Selon elle, Air France opérait 83% de ses vols. A l'aéroport de Paris Charles-de-Gaulle, 93% des long-courriers étaient assurés, ainsi que 91% des vols domestiques et 73% des moyen-courriers.

Au départ de la Suisse, quatre vols de la compagnie sur huit ont été annulés depuis Genève, deux sur trois depuis Zurich et un sur trois depuis Bâle-Mulhouse, indique le site de la compagnie.

Tendance similaire jusqu'à mardi

Pour dimanche, la compagnie prévoit 27% de pilotes grévistes et "près de 80% de ses vols" assurés, soit: "plus de 80% des vols long-courriers", "plus de 85%" des vols intérieurs et "autour de 70% des vols moyen-courriers de et vers Roissy Charles-de-Gaulle".

Elle n'exclut toutefois pas "des annulations et des retards de dernière minute". La direction table sur "la même tendance" pour la suite de la grève qui doit s'achever mardi soir, sauf décision de reconduite.

Concernant la Suisse, six des neuf vols prévus dimanche au départ de Genève devraient être supprimés et deux sur cinq à Zurich. Les vols au départ de Bâle-Mulhouse ne devraient pas être affectés.

La grève a été lancée par les syndicats de pilotes SNPL, Spaf et Alter (non représentatif) qui s'opposent à une baisse de certaines règles de rémunération et réclament des garanties sur la pérennité de leur compagnie, menacée selon eux par le développement des autres filiales du groupe Air France-KLM (Transavia, Hop et KLM).

Grève sur le rail

La contestation se poursuivait également dans le trafic ferroviaire. La plupart des assemblées générales de cheminots ont voté vendredi la reconduite de la grève pour tout le week-end, selon les syndicats.

Selon les prévisions de la SNCF, neuf TGV sur dix et dix TER sur dix en moyenne devaient circuler samedi et dimanche. Sur leur site, les CFF ont annoncé la suppression samedi d'un TGV Paris-Genève et d'un aller-retour entre Bâle et Marseille.

Le mouvement lancé le 1er juin par la CGT-Cheminots, Sud-Rail et FO pour défendre les conditions de travail des cheminots et demander le retrait de la loi travail, est reconduit de jour en jour, malgré un accord, mardi, consacrant le régime de travail actuel à la SNCF.

Lent ramassage des ordures

A Paris, où une partie des éboueurs sont en grève depuis treize jours, le ramassage des ordures qui jonchent encore les rues, promis par la mairie, s'est poursuivi samedi matin.

La Ville de Paris a "redéployé" son dispositif afin de faire enlever les poubelles par des entreprises privées, mais le retour à la normale n'est pas pour tout de suite, alors que le principal centre d'incinération des déchets en banlieue sud-est de la capitale reste bloqué.

Des sites de traitement des déchets sont également toujours bloqués près de Marseille, selon les syndicats. Le blocage du centre des déchets du Havre, entamé vendredi, a été levé samedi matin après une intervention, "dans le calme", des forces de l'ordre, a anoncé la communauté de l'agglomération.

Raffineries

A la raffinerie Total "Normandie", près du Havre, la grève contre la loi Travail a été suspendue samedi matin, après 25 jours. La production devrait redémarrer "assez rapidement", selon la CGT de la plate-forme de Gonfreville-l'Orcher, la plus grosse de France.

A la raffinerie Total de Feyzin (Rhône), FO (majoritaire) a voté vendredi soir la suspension du mouvement, mais la CGT s'est prononcée pour sa poursuite. Selon Total, les travaux de redémarrage étaient "en cours" vendredi soir.

ATS