Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pirates informatiques d'Anonymous ont revendiqué le blocage pendant plusieurs heures de sites Internet américains, dont celui du FBI et du ministère de la Justice, en représailles à la fermeture de Megaupload.com. Ils affirment qu'il s'agit à ce jour de leur "plus vaste" attaque.

Le collectif, qui se présente volontiers comme un défenseur des libertés sur Internet, avait annoncé jeudi avoir lancé une attaque contre les sites du ministère de la Justice américain, de l'association professionnelle du disque RIAA ou encore du FBI, qui étaient effectivement restés inaccessibles jeudi-après midi et une partie de la soirée.

Le site de la maison de disque Universal Music, était toujours perturbé vendredi matin. Anonymous a affirmé sur un blog que l'attaque avait également visé le site de la Maison Blanche et celui de l'Hadopi, la haute autorité française chargée de la lutte contre le téléchargement illégal.

La "plus vaste attaque"

Les pirates informatiques ont assuré que cette opération était leur "plus vaste attaque" à ce jour, précisant sur un de leurs comptes Twitter que plus de 5600 personnes y avaient participé. "La journée d'hier a été épique", se félicitait vendredi Anonymous.

Anonymous a déjà été à l'origine d'attaques retentissantes contre les sites de cartes de crédit américaines Visa et MasterCard, et la société de paiement PayPal, en réponse à leur décision de bloquer les versements à WikiLeaks.

Polémique

L'annonce de la fermeture de Megaupload intervient en pleine polémique aux Etats-Unis sur des projets de loi antipiratage, qui ont poussé Wikipédia à fermer l'accès à ses services en anglais mercredi et Google à masquer son logo. "Le raid contre Megaupload prouve que les forces de l'ordre n'ont pas besoin" de lois "pour attaquer Internet", a estimé Anonymous.

Par ailleurs, la police néo-zélandaise a perquisitionné vendredi la demeure du fondateur de Megaupload.com, après avoir procédé à son arrestation. Kim Dotcom doit comparaître lundi devant la justice. Les Etats-Unis réclament son extradition.

ATS