Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A titre de mesure intermédiaire, les pitbulls devront porter une muselière en public (archives).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA

(sda-ats)

La ville de Montréal, après celle de Québec, va interdire à terme les pitbulls et "autres races dangereuses" de chiens. Son maire Denis Coderre l'a annoncé samedi.

"J'ai décidé d'aller de l'avant et d'interdire les pitbulls et autres races dangereuses d'ici à septembre prochain", a déclaré le maire au cours d'un point de presse.

Son annonce intervient après plusieurs incidents liés à ces chiens et en particulier après la mort récente d'une Montréalaise, tuée par le pitbull d'un voisin et dont les obsèques avaient lieu samedi.

M. Coderre a toutefois précisé que les propriétaires actuels de ces animaux pourraient les conserver pour l'instant mais qu'ils seraient soumis à une série de nouvelles mesures de précaution. Ces "mesures progressives transitoires" comprennent la stérilisation et le port de la muselière en public, ainsi que l'implantation de micro puces.

La ville de Québec a déjà annoncé qu'elle interdirait les pitbulls à compter du 1er janvier. Mais, contrairement à Montréal, la ville ne doit pas permettre aux propriétaires actuels de ces chiens de les conserver.

Le Premier ministre du Québec Philippe Couillard a pour sa part indiqué la semaine dernière qu'il réfléchissait à une interdiction des pitbulls dans l'ensemble de la province francophone, comme c'est déjà le cas dans l'Ontario voisin.

ATS