Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les plantes ne sont pas de bons souvenirs de vacances. Les douaniers risquent de les confisquer à l'arrivée à l'aéroport (archives).

KEYSTONE/TI-PRESS/CARLO REGUZZI

(sda-ats)

Berne recommande de renoncer aux plantes comme souvenir de voyage. Cette mesure vise à éviter l'introduction de maladies ou de ravageurs des plantes (organismes de quarantaine) en Suisse.

Le service phytosanitaire fédéral, présent dans les aéroports de Zurich et de Genève, s'occupe des contrôles obligatoires pour environ 9000 importations chaque année, rappelle l'Office fédéral de l'agriculture dans un communiqué jeudi. Pour le reste, les douaniers s'en chargent à l'arrivée des voyageurs.

Outre les dangers sanitaires, cette attention vise aussi à protéger des plantes menacées. Pas moins de 25'000 espèces sont soumises aux directives de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Infractions en hausse

Depuis deux ans, les infractions ont augmenté. Elles concernent surtout des plantes, des graines, des fruits et des fleurs coupées. En 2015, 213 cas avaient été répertoriés. Ce chiffre est passé à 233 en 2017 et se monte déjà à 202 pour 2018 à mi-course.

Les personnes qui souhaiteraient tout de même ramener un souvenir végétal doivent s'informer avant leur voyage des dispositions légales en vigueur sur le site www.servicephyto.ch.

www.servicephyto.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS