Toute l'actu en bref

Pour rester compétitives, les PME doivent adapter leur modèle économique à chaque marché-cible (photo symbolique).

KEYSTONE/MARA TRUOG

(sda-ats)

Les petites et moyennes entreprises (PME) suisses doivent miser sur l'innovation pour résister au franc fort et à la concurrence croissante. Un modèle d'affaires bien pensé est la clé d'une internationalisation réussie, selon Switzerland Global Enterprise (S-GE).

La fermeté du franc reste un fardeau pour les PME exportatrices suisses. De plus, les nouveaux concurrents que sont Uber ou AirBnB chamboulent les conditions sur les marchés.

Près de 85% des sociétés interrogées ressentent aujourd'hui une pression de la concurrence plus forte qu'il y a 5 ou 10 ans, selon un sondage réalisé auprès de 150 PME exportatrices. Celui-ci a été présenté jeudi à l'occasion du Forum du commerce extérieur.

Le constat est quasiment unanime. Le temps presse: 79% des entreprises estiment que leur modèle commercial ne fonctionnera plus de la même manière dans les années à venir.

Adaptation aux marchés

Pour rester compétitives sur le marché international, les PME doivent "impérativement adapter leur modèle économique à chaque marché-cible", souligne le directeur général de Switzerland Global Enterprise (S-GE), Daniel Küng, cité dans le communiqué.

La majorité des entreprises sondées souhaitent innover via l'échange avec les clients et les fournisseurs. Près de la moitié travaillent aujourd'hui en collaboration avec des institutions, alors qu'un tiers d'entre elles seulement collaborent avec des concurrents ou des entreprises d'autres branches.

L'étude présentée par S-GE cite notamment comme exemple de réussite le fabricant de matelas vaudois Elite SA. La société d'Aubonne (VD), qui emploie près de 130 collaborateurs, s'est transformée au cours des dix dernières années en un fabricant de matelas de luxe grâce à ses produits innovants.

Inspiration des autres branches

La PME s'est inspirée du marché automobile. Au lieu de vendre ses matelas aux hôteliers, elle les leur loue. Des capteurs intégrés aux matelas mesurent l'utilisation des lits et les hôteliers paient en fonction de l'occupation.

Ce modèle évite aux hôteliers d'investir dans l'achat de matelas en période d'appréciation du franc et permet à Elite d'en apprendre beaucoup sur le comportement d'utilisation de ses éventuels clients finaux, relève S-GE dans son étude.

L'enquête a été réalisée en février et mars auprès de 155 participants, membres de S-GE, dont 131 entreprises alémaniques, 17 romandes et 7 du Tessin.

Switzerland Global Enterprise a pour mission d'accompagner les entreprises sur de nouveaux marchés. L'association promeut les exportations et les investissements, en aidant à exploiter de nouveaux potentiels à l'international.

ATS

 Toute l'actu en bref