Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La police de l'Etat de Bahia, dans le nord-est du Brésil, a voté samedi la fin d'une grève qui a provoqué une vague de violences. Les policiers réclamaient principalement une hausse salariale. Le gouverneur de l'Etat leur a finalement octroyé une augmentation de 6,5%.

Les derniers policiers militaires ont accepté de mettre fin à leur protestation, a déclaré à Reuters le porte-parole de l'Etat Robinson Almeida, après onze jours de pillages, agressions et vandalisme qui ont frappé la troisième plus grande ville du géant sud-américain.

L'armée face à la police

La semaine dernière, la présidente du Brésil Dilma Rousseff avait décidé d'envoyer 4000 soldats à Salvador de Bahia pour y rétablir l'ordre.

Les craintes de voir les violences se propager à Rio de Janeiro se sont atténuées samedi. La grève de la police a montré des signes notables d'essoufflement.

ATS