Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - On ne devrait plus avoir le droit de nourrir les cochons avec des restes de repas en Suisse dès juillet 2011. Cette restriction est l'une des principales nouveautés de la révision totale de l'ordonnance sur les sous-produits animaux que l'Office vétérinaire fédéral met en consultation jusqu'au 22 novembre.
Il faudra donc trouver un autre usage aux quelque 200'000 tonnes de déchets de cuisines produits chaque année dans les restaurants ou les cuisines industrielles de Suisse. Aujourd'hui déjà, près de 100'000 tonnes de ces déchets, en hausse, sont utilisées dans les installations de production de biogaz et de compostage.
Berne n'a guère le choix si la Suisse veut continuer d'exporter du porc sans restriction en Europe, l'UE interdisant depuis 2006 l'affouragement des restes de repas aux porcs. Il y a deux ans, la Confédération avait tenté de contourner l'interdiction en proposant des règles plus strictes. Un pas que les pays de l'Union européenne ont jugé insuffisant, à l'unanimité.
Tout au plus la Suisse a-t-elle pu négocier un "long délai transitoire", écrit lundi l'Office vétérinaire fédéral (OVF) dans un communiqué. Ce qui permettra à la branche de se réorganiser, précise-t-il.
Pour le reste, la majeure partie des directives de l'ordonnance sur les sous-produits animaux reste inchangée. La révision totale a surtout pour objectif un remaniement complet de la structure de l'ordonnance afin de correspondre au droit européen, explique l'OVF.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS