Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les feux canadiens ont brûlé en tout 5820 km2 de forêts et injecté d'énormes quantités de poussières dans l'air (archives).

Keystone/EPA CANADIAN ARMED FORCES/MCPL BRANDON O'CONNELL, 3 CDN DIV PA / CANADIAN ARMED FORCES

(sda-ats)

Les gigantesques feux de forêts dans la province de l'Alberta, au Canada, ont des retombées jusqu'en Suisse. MétéoSuisse a mesuré dans l'atmosphère des poussières dégagées par ces incendies ravageurs qui durent depuis un mois.

Les concentrations mesurées au-dessus de la Suisse ne représentent aucun danger pour la population, écrit toutefois le service météorologique dans un rapport publié sur son site internet et repris par la RTS. Les aérosols observés les 24 et 25 mai dernier au-dessus de la station de mesure de Payerne (VD) ont pu être datés: ils ont été émis cinq jours plus tôt, les 19 et 20 mai, de l'autre côté de l'Atlantique.

Une couche d'air arrivée du Canada à une altitude d'environ 4000 mètres ces mêmes jours a été mesurée à peu près 200% plus humide que celle juste au-dessous d'elle, indique en outre le service. Même si les aérosols jouent un rôle à ces altitudes, "il n'y a pas de conséquences à attendre dans les prévisions des jours suivants", a affirmé à l'ats Gabriela Kaufmann, météorologiste à MétéoSuisse.

Les feux de forêts au Canada ont injecté une quantité énorme de poussières dans l'atmosphère. Ils ont aussi brûlé 5820 km2 de forêts. Dans l'Alberta, des milliers d'habitants de Fort McMurray, qui avaient dû évacuer il y a un mois dans l'urgence, commencent à retrouver leur logement. Les retours s'étalent sur plusieurs jours pour les résidents des 85% de la ville épargnés par les flammes.

ATS