Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Impliquer davantage les citoyens dans la vie culturelle, promouvoir plus efficacement la littérature et apporter un soutien spécifique aux musées: Confédération, cantons, villes et communes ont défini ensemble des priorités pour la culture entre 2016 et 2020.

"C'est la première fois que nous établissons un programme commun sur cinq ans", a souligné lundi le ministre de la culture Alain Berset devant les médias à Berne. "Il s'agit d'une excellente collaboration, très transparente et équilibrée", avec la mise en place de groupes de travail concentrés sur ces nouvelles priorités.

Le message du Conseil fédéral sur l'encouragement à la culture, adopté par le Parlement en juin 2015, définit comme l'un des objectifs entre 2016 et 2020 l'établissement d'une "politique culturelle nationale" cohérente, qui respecte les compétences de chacun des échelons fédéraux. Aucune redistribution des montants par les pouvoirs publics n'a donc été décidée lundi.

Alain Berset ainsi que des représentants des cantons, villes et communes ont en revanche adopté un panel de mesures fondées sur ces groupes de travail. Ils ont notamment été chargés d'élaborer pour la période 2016-2020 des recommandations, états des lieux et propositions de thèmes qui serviront de base au développement de stratégies d'encouragement coordonné.

Les parties au Dialogue culturel national, qui a lieu depuis 2011, ont entre autres défini "un engagement dans une même direction pour promouvoir la littérature, avec les questions de l'accès aux bibliothèques et du prêt", a illustré le conseiller fédéral. Les traditions vivantes, les gens du voyage et le design constituent également des thèmes d'importance pour les cinq ans à venir.

Echange d'idées renforcé

"Avec la culture, on s'aperçoit qu'il est plus facile d'atteindre des objectifs ensemble, on ressent de l'intérêt pour un travail en commun", a commenté le conseiller d'Etat lucernois Reto Wyss, membre du comité de la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP). Et de citer en exemple le soutien coordonné des musées, qui restait auparavant encore trop flou.

Sami Kanaan, membre du comité de l'Union des villes suisses (UVS), s'est lui réjoui de "la pleine reconnaissance des villes comme partenaires dans la culture". La Confédération échangera davantage d'idées avec les autres échelons fédéraux, par exemple autour de questions sur la manière d'atteindre de nouveaux publics, a dit le conseiller administratif de la ville de Genève.

La clé de répartition du financement public de la culture demeure elle d'actualité, a précisé l'Office fédéral de la culture (OFC) dans un communiqué. Pour l'année de référence 2011, les dépenses avaient atteint 2,59 milliards de francs, selon les derniers chiffres consolidés de l'office. Les communes avaient pourvu plus de 50% de ces fonds, les cantons 38% et la Confédération environ 10%.

ATS