Toute l'actu en bref

Le préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré a attiré depuis plusieurs années l'attention du Conseil d'Etat fribourgeois sur la situation critique du personnel de sa préfecture (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

La Conférence des préfets du canton de Fribourg tire la sonnette d'alarme: elle se plaint de l'insuffisance récurrente des ressources humaines attribuées aux préfectures. Ce problème a provoqué récemment des tensions entre le Conseil d'Etat et le préfet de la Sarine.

Dans un communiqué diffusé mercredi, les préfets fribourgeois demandent une révision de la loi sur les préfets "de manière à adapter cet instrument légal à des besoins en constante évolution". La récente explosion démographique est une des causes principales des difficultés qui ont soulevé ces dernières semaines des critiques sur la gestion de certaines préfectures.

La Conférence des préfets cite d'autres éléments qui ont chargé, depuis plusieurs années, les administrations préfectorales: la complexité croissante des dossiers, le caractère grandissant de la dimension juridique ou les charges nouvelles en matière de permis de construire.

Or les effectifs n'ont pas augmenté au rythme des activités, soulignent les préfets. Ils avaient d'ailleurs dressé unanimement ce constat au printemps 2016, lors de la conférence de presse au cours de laquelle ils tiraient le bilan de la législature, rappellent-ils. Pour éviter que la situation ne se péjore, ils demandent une meilleure prise en compte de leurs besoins en matière de personnel.

Ils souhaitent une révision de la loi qui permette "une gestion des budgets en fonction des besoins spécifiques à chaque administration et la possibilité pour chaque préfecture de faire le choix de ses propres collaborateurs".

Tensions avec le Conseil d'Etat

En mars, ces problèmes ont débouché sur des tensions entre le préfet de la Sarine Carl-Alex Ridoré et le Conseil d'Etat fribourgeois, qui semble mécontent de la gestion du personnel de cette préfecture. Le gouvernement a écrit une lettre à M. Ridoré.

La conseillère d'Etat Marie Garnier a alors parlé d'une petite crise, à laquelle le gouvernement a réagi. La magistrate n'a pas précisé le contenu du courrier qui a été adressé au préfet de la Sarine.

Mme Garnier a aussi évoqué la démission l'an dernier de deux conseillers juridiques à la préfecture de la Sarine. Elle a admis qu'avec le boom démographique, les services sont confrontés à une surcharge de travail. Elle s'est toutefois déclarée confiante sur la possibilité d'arriver à une bonne solution.

Situation critique

De son côté, le préfet Carl-Alex Ridoré a indiqué avoir attiré depuis plusieurs années l'attention du Conseil d'Etat sur la situation critique du personnel de la préfecture. Il a souligné avoir demandé en vain une plus forte dotation et a pris l'initiative d'une réorganisation, afin de retrouver une certaine stabilité.

La situation était difficile, en 2015, et "j'ai pris des mesures" pour renforcer l'organisation, a souligné le préfet de la Sarine. M. Ridoré estime aujourd'hui ne pas pouvoir faire beaucoup plus dans cette affaire. Aller plus loin relève, selon lui, de la compétence du Conseil d'Etat.

ATS

 Toute l'actu en bref