Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un vent d'optimisme souffle à nouveau sur l'économie suisse. Le panel d'experts consultés par l'institut conjoncturel zurichois KOF table désormais sur une hausse du produit intérieur brut (PIB) de 1% pour cette année, contre 0,4% anticipé en mars.

Suite à la robustesse de l'activité économique helvétique affichée au premier trimestre (croissance du PIB de +0,7%), l'institut bâlois BAKBASEL avait déjà révisé à la hausse mardi ses prévisions conjoncturelles. Il escompte un taux d'expansion de 1,5%, contre 0,7% précédemment. Lundi, c'était economiesuisse qui indiquait prévoir une croissance de 0,9%, au lieu de 0,5% estimé à fin 2011.

Et mercredi, c'est au tour du KOF de publier des perspectives plus encourageantes. Les 18 experts interrogés par l'institut prédisent une hausse moyenne des exportations de 0,7%, après 0,6% trois mois plus tôt. S'agissant des investissements dans la construction et les équipements, ils se montrent plus optimistes encore, avec une embellie de 1,5% contre 1% entrevu jusqu'alors.

Inflation négative

Sur le front de l'emploi, le taux de chômage annuel devrait s'inscrire à 3,2%, contre 3,3% estimé auparavant. Concernant l'inflation, les prévisions demeurent négatives, à -0,3%. La tendance déflationniste s'est aggravée, selon les économistes qui s'attendaient à un recul des prix de -0,1% lors du précédent sondage.

Sur le marché des devises, l'horizon change à peine. L'euro devrait s'échanger à 1,21 franc d'ici à trois mois et à 1,22 franc dans un an, au lieu de respectivement 1,22 franc et 1,24 franc attendus antérieurement. Le dollar se négociera à 0,96 franc autant à court qu'à long termes.

Pour 2013, les 18 économistes attendent toujours une croissance de 1,5%. Celle-ci devrait avant tout toucher les exportations (+3,2%, après 3,6% pronostiqué en mars). Les investissements dans la construction et les équipements s'étofferont de 2,3% (+2,2% avancés auparavant). L'inflation se renforcera à 0,8% (inchangé), alors que le taux de chômage se fixera à 3,3% (3,4%), d'après les experts.

ATS