Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les conditions salariales du personnel de la Confédération vont être drastiquement revues à la baisse. Le Conseil fédéral a approuvé mercredi six mesures qui devraient permettre à l'Etat d'économiser 30 millions de francs par an dès 2016.

Le personnel fédéral va perdre de nombreux avantages salariaux. Les coupes prévues vont toucher directement les conditions d'engagement des quelque 37'000 collaborateurs de l'administration fédérale, admet le Conseil fédéral. Trois premières mesures pourront être mises en oeuvre rapidement, via de simples modifications d'ordonnance.

L'évolution salariale sera réduite de 0,5 à 2 points de pourcentage. Un bon employé ne pourra plus recevoir qu'une augmentation de 3% au maximum, contre 5% actuellement. Les évolutions salariales 2016 seront déjà calculées selon ce principe.

La prime de prestation sera réduite de 15 à 10% du salaire annuel maximal. Parallèlement, les moyens prévus dans le budget du personnel pour ces primes seront réduits. La troisième mesure consiste à supprimer la première prime de fidélité, accordée jusqu'à maintenant lors de la 5e année.

Nouveau système salarial

Le Conseil fédéral souhaite aussi introduire un nouveau système salarial pour les années 2016-2019. Il ne prévoirait plus d'automatisme, ni d'indemnités de résidence. Par ailleurs, il souhaite également que, dans le cadre d'une refonte de la prévoyance professionnelle, les classes de salaires 30 à 38 soient réglées comme celles de 24 à 29.

Un délai transitoire serait prévu pour les employés proches de la retraite et ceux qui étaient déjà passés à la primauté des cotisations. Environ 1000 personnes seraient touchées. Finalement, le droit à la participation de l'employeur pour financer une rente transitoire devrait aussi être supprimé.

Ces dernières mesures doivent cependant encore être examinées de manière plus approfondie avant d'être appliquées. Il s'agira notamment d'évaluer les effets de la dernière mesure sur les employés touchant un faible salaire.

ATS